Newsletter

Julien Mignot

artiste

Julien Mignot (1981, France), oscille la nuit entre Le Silencio et la Philharmonie. Le jour, on le croise dans les coulisses des défilés. Dans Screen Love (wait for me), il interroge notre relation au voyeurisme et à la sexualité. Avec un appareil argentique Leica, il saisit des scènes diffusées sur son ordinateur connecté à des Live Sex Cams, après de longues heures sans que rien ne se passe. L’image est volontairement floue. Cette intimité offerte dont on ne sait finalement presque rien nous attire en même temps qu’elle nous tient à distance.
Julien Mignot est aussi l’auteur de Watch the music #2 - Les Invisibles, un travail à quatre mains réalisé avec Camille Rousseau à la Philharmonie de Paris.
Il présente en 2017 à la galerie Intervalle 96 Months. De 2009 à 2016, tous les mois pendant huit ans, l’artiste sélectionne une image de ses errances, accompagnée d’un texte et d’un morceau de sa vaste discographie. Le livre 96 Months est publié aux Editions Filigranes à l’occasion de Paris Photo 2018.
Son premier court-métrage, Sous la peau, avec Damien Bonnard, Victoire Du Bois et Matthieu Amalric, sortira en 2019.
Les œuvres de Julien Mignot sont entrées dans les collections de la BNF, du Musée Nicéphore Nièpce, de la Fondation Leica, d’Agnès B et dans de nombreuses collections privés.

Julien Mignot (1981) is a self- taught artist, collector and enthusiast of music. At night, he is between the club Le Silencio and La Philarmonie de Paris. The day we meet him on the backstages of fashion shows. Artist regularly published in magazines, Julien Mignot decided to steal the time of 96 images. From 2009 to 2016, and every month for eight years, Julien Mignot edit a picture of his wanderings, compiled the texts and pieces of the vast discography which has marked the quest.
After Watch the music # 2 - The Invisibles, a four-handed work done with Camille Rousseau during a residency at the Philharmonie de Paris and exhibited at the Supérette Gallery (2016-2017), 96 months is her first personal work . In his second work, Screen Love (2018), Julien Mignot questions the relationship to voyeurism in sexuality.