Newsletter

After Lights Out + Greetings from Mars

Julien Mauve

17 septembre
— 3 décembre
2016

AFTER LIGHTS OUT / La nuit n'existe plus. Les lumières de la ville éteignent les étoiles, les écrans de téléphones éclairent les ruelles les plus sombres. Imaginez le black out, un monde sans lumière où la moindre lueur serait un havre d'espoir. Et si l'obscurité soudaine faisait lumière la plus insignifiante en objet d'exception. Est-ce un phénomène mystique. Dans un monde entre chien et loup, la moindre incandescence serait la plus grande promesse d'une aventure sur le point de commencer. GREETINGS FROM MARS / En 1492, Christophe Colomb découvrit l'Amérique. Moins de 500 ans plus tard,c'est une destination touristique commune. Ce qui reste du Far West a maintenant été transformé en parc national où les gens peuvent profiter tranquillement de paysages à couper le souffle. Les mondes inconnus sont désormais loin de la Terre et notre plus célèbre explorateur est un robot. "Curiosity" est le Christophe Colomb de notre siècle, rampant à la surface de Mars, cherchant des indices et des informations sur son passé. Nous pourrions imaginer que Mars deviendra une destination touristique à visiter et à découvrir. La NASA et Space X y travaillent déjà et si aucun événement catastrophique ne se produit, en moins de 50 ans, les humains marcheront sur Mars. Julien Mauve s'est toujours demandé ce que c'est de découvrir un monde totalement différent, sans vie, plein de paysages sauvages et ce que c'est de le photographier pour la première fois comme s'il était Ansel Adams. Il a donc conçu ce projet qui met en scène une exploration et la découverte de l'espace. Cela questionne aussi notre comportement face aux paysages et la façon dont nous créons des images qui partageront notre histoire personnelle avec le monde. Dans tous les endroits où il s'est arrêté, soigneusement choisis pour leurs similitudes avec la planète rouge, il a imité des poses touristiques stéréotypées. Il est intéressant d'observer la façon dont nous agissons devant la caméra, comment nous nous intégrons dans les paysages, comment ces paysages déclenchent le désir d'affirmer notre présence. Et la façon dont nous prenons les photos expose la vanité impliquée dans notre quête sans fin d'identité. Il y a quelques années, prendre des photos de paysages suffisait. Et nous ne pouvions pas les partager avant notre retour à la maison. Aujourd'hui nous nous sommes ajoutés sur les photos. Nos visages sont partout. Nous partageons tout instantanément. La connexion est permanente. Internet étant disponible partout, il n'y a plus "d'être loin". Nous pouvons donc nous demander si nous voyageons pour découvrir de nouveaux endroits, pour changer de décor, de cultures, ou voyageons-nous pour chercher des photos de nous-mêmes et prouver que nous existons?
AFTER LIGHTS OUT / Night no longer exists. City lights cover up the stars, and cell phone screens lighten even the darkest of alleyways. And soon, imagine a world in which our lights render even the sun gratuitous. In the darkness of space, light is a beacon of hope. What if darkness in our world once again overtook the night and as an affect, transforming even the most insignificant light into an exception – a mystical phenomenon ? In a world in black and blue, the single incandescence of a bulb could be the greatest promise of an adventure about to start. GREETINGS FROM MARS / In 1492, Christopher Columbus discovered America. Less than 500 years later, it has become a common touristic destination for wealthy people from every part of the world. What remains of the Wild West has now been transformed into National Park where people can quietly enjoy breathtaking landscapes. Unknown worlds are now located far from Earth and our most famous explorer is a robot. "Curiosity" is the Christopher Columbus of our century, crawling the surface of Mars, searching for clues and information about its past. As with the Wild West, we could imagine a point where Mars would become a touristic destination for people to visit and experience. NASA and SpaceX are already working on it and if no catastrophic event happen, in less than 50 years, humans will walk on Mars. I have always wondered what it would be like to discover a totally different world, lifeless, full of wild landscapes and to photograph it for the first time as if I was Ansel Adams. So I came up with this project, which is about space exploration and discovery. But it's also about our behavior in front of landscapes and how we create pictures that will share our personal story with the world. In every spots I stopped, carefully chosen for their similarities with the red planet, I imitated stereotypical tourist poses. It's interesting to observe the way we act in front of the camera, how we include ourselves in the landscapes, how those landscapes trigger the desire to affirm our presence. And how the way we take pictures exposes the vanity involved in our endless pursuit of self-definition. Some years ago, taking pictures of landscapes was enough. And we were not able to share them before we came back home. Today we have added ourselves on the pictures. Our faces are everywhere. We share everything instantly; we feel the need to do it. The connection is permanent and the experience becomes different. With Internet available everywhere, there is no "being-far-away" anymore. So we might ask ourselves, do we travel to discover new places, change of scene, new cultures, or do we travel to look for pictures of ourselves and to prove that we exist ?