Newsletter

Melos / Guillaume Lebrun

2 avril
— 18 juin
2016

Turquie, Bulgarie, Grèce... A leur point de jonction, des mondes se croisent, Nord/Sud, Est/Ouest. Les trois ensembles agissent comme des plaques tectoniques dans cette zone sismique active, agitée par des frictions, des collisions et des ruptures. En 286 de notre ère, l'empereur Dioclétien décréta la division de ses territoires en empire d'Orient et empire d'Occident. Nous vivons au quotidien les conséquences de cette fracture. Depuis plus de deux millénaires, les hommes de cette région élaborent des systèmes politiques pour gérer la Cité. Les temples s'écroulent, les statues roulent à terre, le vent de l'Histoire balaye toutes les tentatives humaines. A l'arrière-plan d'un paysage, des nuages couvrent et découvrent le sommet enneigé du mont Olympe comme un idéal jamais atteint. Vus d'avion, les Balkans ressemblent au front ridé de la vieille Europe. Dans ce chaudron où bouillonnent les cendres des morts, l'alchimie de la culture refond peut-être une humanité rajeunie, à la vision élargie. Des cohortes d'humiliés se présentent ici aux frontières, attirés par le pouvoir du rêve. Istanbul, Plovdiv, Thessalonique... Ces trois centres de civilisation, souvent ennemis, s'observent dans un jeu de miroirs où ils ont peur de se reconnaître. Mélanger des images de ces villes revient à les jeter dans un creuset pour créer une réalité étrange, unifiée par la beauté et le souvenir du malheur. Posé sur l'expérience des siècles, l'univers de Melos associe des visions distinctes autour d'un principe unificateur. Les sociétés se construisent autour de récits mythologiques, religieux, politiques. La culture elle-même est une fiction partagée. Cet ensemble photographique rebat les cartes ; il en ressort une réalité inédite, qui gomme les oppositions historiques. Les frontières abolies, on voit l'humanité, exsangue et inquiète, chercher de nouvelles valeurs aux lisières de l'Europe. Texte de René Daligault.
Turkey, Bulgaria, Greece...Where they meet, worlds collide : North/South, East/West. The three countries act like tectonic plates in this sismically active zone, shaken by friction and rupture. In 286 A.D., emperor Diocletian decreed the division of his territories into East and West. We still live the daily consequences of this separation. Since then, over two millenia, the people of these two regions have tried out a number of systems to organize their societies. Temples collapse, staues roll into the dust and the winds of history sweep away all human attempts. In the background of a landscape, clouds cover and uncover in turn the snow-capped summit of mount Olympus, like a never-reached ideal. Viewed from above, the Balkans resembles the wrinkled forehead of old Europe. In this cauldron, where boil the ashes of the dead, the alchemy of culture may be fashioning a rejuvenated mankind, with a broadened vision. Meanwhile, the downtrodden of the world are streaming to the frontiers of Europe, mesmerized by the dream.
 Istanbul, Plovdiv, Thessaloniki... These three cradles of civilisation, often opposed by war, are watching each other in a game of mirrors, with the fear they'll recognize themselves in the enemy. Mixing images of these three cities is likethrowing them into a melting-pot to create a strange reality, linked by beuaty and the memory of woe. Resting on the experience of centuries, the world of MELOS associates separate visions around a unifying principle. Societies gather around sagas, religions and myths. Culture is a shared fiction. This photographic presentation deals out the cards for a new game and abolishes political oppositions. With frontiers gone, one sees men and women, spent and worried, looking out, in search of new values on the margins of Europe. 

Text by René Daligault